Rechercher

Transidentité et sexualité

« Je ne suis pas un homme, je ne suis pas une femme, je ne suis pas hétérosexuel, je ne suis pas homosexuel, je ne suis pas bisexuel. Je suis un dissident du système genre/genre. Je suis la multitude du cosmos enfermé dans un régime politique et épistémologique binaire, et je crie devant vous. Je suis un uraniste confiné dans les limites du capitalisme techno-scientifique ». Paul Preciado, 2020, Je suis un monstre qui vous parle : rapport pour une académie de psychanalystes Par ces mots, Preciado, s'attaque à l'ordre moral hétérosexuel quand il passe pour une vérité intangible. Il insiste sur le fait qu'il s'agit plutôt d'une construction culturelle et historique. Il ne tient pas pour acquis l'existence "naturelle" de la masculinité et de la féminité. Il nous invite à réfléchir dans quel dispositif politique et économique ces catégories là s'inscrivent. Pour lui, le corps, ainsi que notre subjectivité, sont des lieux d'expérimentation philosophiques. Et j'ajouterai, circonscrits à un contexte particulier. Ce qui nous amène à nous demander ce que notre désir, notre sexualité, notre façon d'éprouver du plaisir, dit de nous, aujourd'hui. Sur la manière dont aujourd'hui nous parlons de nous, sur la façon dont aujourd'hui nous avons envie d'entrer dans un échange émotionnel, sexuel, intellectuel avec l'Autre.


Pour visionner la lecture de l'ouvrage cité ci-dessus par l'auteur, Anna Mouglalis, Felix Maritaud et Naëlle Dariya, voici le lien :


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout